Les PME en France

pme en france

Les PME, premiers employeurs de France

Suite à la crise de 2008 à laquelle les entreprises ont été confrontées et à la conjoncture difficile qui a de nouveau affecté les marges de celles-ci, la baisse des investissements a provoqué une crise majeure. En effet, pour les grandes entreprises comme pour les petites, la prudence est de rigueur.
Les PME représentent plus de 99% des entreprises françaises et plus de 60% des emplois, selon l’INSEE. Leur poids dans l’économie est important et il est vital de s’intéresser à leur développement dans un contexte qui reste difficile.
Les PME restent prudentes quant à leur situation bilancielle. Depuis le début des années 2000, elles ont renforcé leur solidité financière, ce qui leur a permis avant la crise de 2008 de résister à la baisse d’activité qui a suivi. C’est ainsi que les PME se sont renforcées dans le paysage des entreprises françaises.
Alors que les microentreprises souffrent et que les grandes entreprises doivent serrer les budgets et appliquer des décisions drastiques en termes d’emploi, les PME tirent leur épingle du jeu en étant plus dynamiques, plus innovantes et orientées vers l’export. Elles avancent avec prudence tout en maintenant l’emploi et en ayant une ligne de conduite, pour la majeure partie d’entre elles, sensible à l’économie sociale et solidaire.

pme en france
Néanmoins, la situation des PME françaises n’en reste pas moins fragile pour autant. En effet, la baisse de l’investissement privé affecte le potentiel de leur croissance. Les PME rencontrent également plus de difficultés à contracter des crédits auprès des banques. Cela les oblige à avoir une situation financière plus saine puisque, par la force des choses, elles doivent mettre en place des mesures pour prendre moins de risques.
Selon la banque de France, les investissements qui sont réalisés par les PME servent uniquement au renouvellement des capacités de production existantes. Hors, sans investissement, la croissance devient plus difficile.
En conclusion, la gestion prudente des PME bloque la redynamisation de l’activité. Le report d’investissements est un frein capital à leur installation durable dans le paysage économique international. Malgré leur solidité actuelle, les PME risquent de stagner et de ne pas contribuer à la croissance économique. Compte tenu de leur poids dans l’économie française, leur manque d’audace en termes d’investissements pourrait ralentir le retour de la croissance significative tant attendue.
Manuel Valls essaie tant bien que mal de faire entendre syndicats et patronats pour trouver des solutions afin de faciliter l’activité et les embauches au sein des PME.